German Classic Auto

Discussions sur les autos allemandes de collection jusqu'en 1988 ,young et oldtimer, dans leurs configurations d'ORIGINE ou options d'epoque
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
............Fermeture du forum German Classic Auto ............

Partagez | 
 

 l'histoire de la bmw

Aller en bas 
AuteurMessage
David.G
Admin
avatar

Nombre de messages : 8140
Age : 40
Localisation : Tours Centre(37)
Date d'inscription : 02/01/2009

MessageSujet: l'histoire de la bmw   Sam 3 Jan - 0:35

1911-1939 : LA CONSTRUCTION

C'est en 1911, en Bavière, que Gustav Otto, fils du créateur du moteur à quatre temps, s'installa sur un terrain d'aviation, qui deviendra l'emplacement de l'actuel siège social de BMW. En 1913, il s'associa avec Karl Rapp, fabricant de moteurs munichois. Le 21 juillet 1917, fut créer la Bayerische Motoren Werke, après s'être appelée la Bayerische Flugzeugwerke. Son emblème, un rond divisé en quatre parts égales bleues et blanches, couleurs de la Bavière, représente le mouvement d'une hélice d'avion. Elle se spécialise dans la conception de moteurs aéronautiques, obtenant même un record d'altitude à 9760 m en 1919.

Le 13 août 1919, les statuts et le nom définitif de l'usine sont adoptés :

Bayerische Motoren Werke AG

Elle a un capital de 12 millions de marks et un effectif de 3500 personnes. Elle devient une entreprise réputée pour la fabrication de moteur d'avion.

Après la première guerre mondiale, et la défaite de l'Allemagne, le traité de paix interdit aux entreprises allemandes de construire des avions. Aussi, la jeune firme bavaroise décide de se reconvertir dans la production de motos.

En 1928, elle rachète la marque DIXI dans le but de construire des voiturettes sous licence Austin. La 3/15 PS qui deviendra 3/15 PS DA 1, est équipée d'un quatre cylindres en ligne de 747 cm3 de 15 ch. L'effectif est de 2600 personnes et le chiffre d'affaires de 27 millions de marks.

Fin juillet 1929, la BMW 3/15 PS DA 2 plus adaptée aux goûts allemands est présentée à Berlin. Elle est vendue 2500 Marks. L'effectif est de 3800 personnes et le chiffre d'affaires de 34 millions de Marks. La BMW 3/15 PS devient célèbre grâce à la victoire des trois pilotes M. Buchner, A. Kandt et W. Wagner, au commande d'un modèle flambant neuf, à la Coupe internationale des Alpes à la moyenne de 42 km/h, remarquable pour l'époque. Une des raisons du succès de la 3/15 PS est son mode de financement, le paiement à tempérament, introduit en avril 1929. Il permet de répartir l'achat en 24 mensualités de 107 marks.

Après le crash de 1929, BMW sauve les meuble en 1930 avec un chiffre d'affaires de 36 millions de Marks. L'effectif tombe à 3100 personnes.

En 1931 la chute continue, avec un chiffre d'affaires de 27 millions de Marks et un effectif de 2900 personnes.

En 1932, le fond est atteint avec un chiffre d'affaires de 20 millions de Marks et un effectif de 2800 personnes. Mais, cette chute est moins brutale que pour certains de ses concurrents, car la 3/15 PSA DA est une voiture de crise par excellence. Le contrat de licence avec Austin s'arrête le 1er mars 1932. La 3/20 PS, appelé officiellement 0,8 liter/20 PS, est alors présentée et démontre tout le savoir faire de BMW.

En 1933, elle abandonne la fabrication de la voiturette, et présente sa première voiture, la 303. Une 30 ch de 1173 cm3 et six cylindres en ligne. Elle sera produite à 3210 exemplaires. Elle comporte la première version du "double haricot".

En 1934, BMW présente la très peu produite berline 309. La dénomination commençant par un " 3 " n'a pas d'explication à ce jour. Mais les deux chiffres suivant indiquent la cylindrée de son moteur : 845 cm3, libéralement arrondis à 0,9 litres. Elle est accompagnée de la 315 à moteur six cylindres de 1490 cm3.

En 1935, la berline 319 et les roadster 315/1 et 319/1 sont présentés. Une licence de fabrication de la 319 direction à droite est accordée à Frazer-Nash, à Isleworth, dans le Middlesex. Les avions de la Luftwafe sont équipés essentiellement de moteurs BMW. Une moto à fourche télescopique est présentée, la R12. Un record de vitesse à moto est battu avec la performance de 256 km/h.

En février 1936, la 326 est présentée. Elle est équipée d'un moteur six cylindres de 1971 cm3 de 50 ch. 15936 exemplaires seront fabriqués entre 1936 et 1941. Elle est accompagné de la berline découvrable 329. Le 14 juin, la 328, conduite par E. Henne, obtient sa première victoire de catégorie pour sa première course sur le circuit du Nürburgring à une moyenne de 101,5 km/h, au nez et la barbe de voitures beaucoup plus imposantes et puissantes, grâce à leur compresseur. La première victoire d'une série, qui en fait l'une des voitures de sport les plus remarquables construites dans les années 30. Les deux premiers exemplaires construit cette année là sont équipés de 3 carburateurs et font 80 ch. La production totale de ce modèle atteindra la valeur de 461 exemplaires. Un nouveau record de vitesse à moto est battu avec la performance de 272 km/h.

En 1937, apparaît la berline 320, dérivée de la 329. BMW donne naissance à un véhicule militaire à quatre roues directrices, la 325. Elle fera office de "command car". A noter aussi, l'apparition de la 327 qui existe en coupé et cabriolet. Elle comporte deux carburateurs et développe la puissance de 55 ch. Elle est aussi belle, mai plus élancée et moins sportive que la 328. Elle sera produite à 1396 exemplaires. L'effectif de BMW est passé à 14 000 personnes et sont chiffres d'affaire atteint les 143 millions de marks. Un nouveau record de vitesse à moto 500 cm3 est battu avec la performance de 279,5 km/h sur l'autoroute de Francfort avec le pilote E. Henne.

En 1938, le pilote H. von Hanstein conquiert le titre de champion d'Allemagne sur la 328. Aux Mille Miglia, les deux pilotes Britanniques A. Fane et W. James remportent la victoire dans la catégorie deux-litres et terminent 8éme au général avec leur 328. Naissance de la 327/28, modèle à 3 carburateurs, six cylindres en ligne longitudinal à l'avant de 1971 cm3 de 80 ch. Elle sera produite à 569 exemplaires. La 100 000 ème moto est produite.

En 1939, présentation de la berline 335 possédant un moteur de 3,5 l de 90 ch et qui sera produite à 410 exemplaires. Le coupé 328 gagne sa catégorie au 24 heures du Mans. Commercialisation de la 321 de 45 ch et produite à 3814 exemplaires. L'interdiction par le 3ème Reich de vendre des automobiles aux particuliers à partir du 1er septembre 1939 va faire chuter la production. L'usine fabrique que respectivement 480 exemplaires de ses 321 et 326



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.germanclassicauto.com
David.G
Admin
avatar

Nombre de messages : 8140
Age : 40
Localisation : Tours Centre(37)
Date d'inscription : 02/01/2009

MessageSujet: Re: l'histoire de la bmw   Sam 3 Jan - 0:40

En 1940, le pilote H. von Hanstein, et son copilote W. Bäumer, remporte le classement général des Mille Miglia au volant d'une 328 à carrosserie aluminium de Touring. Le Messerschmitt 262 est équipée de réacteurs BMW 003 de 800 kg de poussée pour effectuer des premiers essais.

En 1941, malgré la chute de la production de voitures à 250 unités, les effectifs de l'usine sont de 35 000 personnes. Les chaînes s'arrêtent en mai 1941.

En 1942, BMW réalise la mise au point du moteur d'avion 801 TJ à 14 cylindres, en double étoile, équipé d'un turbocompresseur.

En 1943, la mise au point d'un moteur d'avion de 28 cylindres en quatre étoiles et deux hélices à rotations opposées de 3600 ch.

En 1944, les usines sont bombardées une dizaine de fois.

Le 7 mai 1945, l'Allemagne capitule entraînant la séparation en deux. L'usine d'Eisenach, se retrouvant à l'Est est séparée de BMW. Il y sera construit des automobiles sous le nom d'EMW, Eisenacher Motoren Werke, reprenant les anciens modèles BMW, avec un logo BMW blanc et rouge, sous la tutelle de la société anonyme étatique soviétique Awtowelo. Elle s'arrêtera en 1956, après avoir produit 505 exemplaires. Côté occidental, un tiers des installations est à l'abandon ou détruite. Le reste sera pillé ou confisqué par les alliés. Le 1er octobre 1945, l'armée américaine, fait déménager le reste des équipements vers les Etats Unis. L'usine d'Allach est transformé en site d'entretien des camions militaires américains et de centre de dépôt de pièces détachées pour les Etats Unis.

En 1946, l'usine est transformé en fabrique d'articles tels que casseroles, matériels de cuisine, bicyclettes et machines agricoles. Elle emploie 1000 personnes.

La moto R24 monocylindre de 250 cm3 est présentée sous forme de maquette au salon de Genève en mars 1948.

En 1949, les constructeurs anglais, Frazer-Nash et Bristol, utilisent des moteurs six cylindres BMW au titre des dommages de guerre. La reprise de la production commence par la R51/2 bicylindre. Les effectifs sont remonté à 2600 personnes.

En 1950, le bureau d'études reprend le travail et la commercialisation de moto R67 commence. Elle est étudiée pour recevoir un side-car.

Au salon de Francfort 1951, est présentée la 501, berline rondouillarde de 65 ch à 4400 tr/mn et de 1340 kg. Elle est commercialisée au prix de 15150 Marks à comparer au salaire moyen de 350 Marks. C'est un échec cuisant.




En 1954, la 502 vient renforcer la gamme avec son huit cylindres. Mais, elle ne rencontrera pas le succès escompté.

En 1955, les 503 et 507, équipée d'un V8 de 3168 cm3 avec 150 ch, sont présentées. Malgré leurs lignes superbes, ne déclenchent pas l'enthousiasme. Elles ne seront produites respectivement qu'à 412 et 252 exemplaires, qui en font toutes leurs raretés de nos jours. La 507 est représentée dans la "Dolcevita". En parallèle, BMW commercialise les petites Isetta équipée d'un monocylindre à plat de 250 cm3 avec 12 puis 300 cm3 avec 13 ch.

En 1957, l'Isetta est renforcée par l'arrivé de la 600.






En 1959, la 700 fait son apparition, équipée d'un bicylindre à plat en porte-à-faux arrière de 697 cm3 de 30 ch . C'est toujours une petite voiture mais avec un gabarit plus proche d'une voiture conventionnelle. Le 9 décembre 1959, BMW est dans le rouge. Trop d'échecs sur les véhicule haut de gamme, trop peu de marge sur les bas de gamme. Les banques sont tentées par le rapprochement avec l'ennemi de toujours Mercedes Benz. Heureusement, par la révolte des concessionnaires, du personnel et des petits actionnaires, l'entreprise sera sauvée par le Dr Herbert Quandt. Après une restructuration en profondeur, et la reprise du marché des moteurs d'avions l'entreprise sera sortie d'affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.germanclassicauto.com
David.G
Admin
avatar

Nombre de messages : 8140
Age : 40
Localisation : Tours Centre(37)
Date d'inscription : 02/01/2009

MessageSujet: Re: l'histoire de la bmw   Sam 3 Jan - 0:48

1960-1998 : L'ESSOR

En 1961, BMW présente la 3200 CS, carrossée par N. Bertone, ne sera diffusée que de manière confidentielle à 603 exemplaires. Malgré tout, elle redore le blason de la marque.



En février 1962, la production de la gamme moyenne intermédiaire des 1500, 1800 et 2000 (type E8) est lancée. BMW revient donc dans un segment quelques peu mis à l'écart depuis la fin de la 2ème guerre. Cette voiture sera la vedette du salon de Francfort de 1961, par sa ligne épurée et minimalisée. Les articles de presse parle de luxe et de confort remarquable pour cette gamme. La cadence de fabrication de 50 véhicules par jour est insuffisante pour satisfaire la demande. Ce qui impliquera l'abandon d'autres modèles pour agrandir la chaîne de fabrication.

En 1964, la 1800 TISA à vocation sportive est commercialisé à 200 exemplaires.




Le coupé 2000 CS apparaît en 1965 et est assemblé chez Karmann à Osnabruck. Le style est caractérisé par des phares appelés "yeux bridés". BMW renoue avec les succès en compétition internationale en remportant la victoire aux 24 h de Spa-Francorchamps avec la 1800 TISA de 1773 cm3 et avec les pilotes belges P. Ickx et G. Langlois van Ophem.

Un modèle révolutionnaire sera commercialisé en mars 1966, la 1600-2, berline deux portes compacte dotée d’un moteur 1600 de 85 ch. Elle deviendra plus tard 1602. Elle va battre tout les records de fabrication avec 252 786 exemplaires. BMW réédite sa victoire à SPA avec la 2000 TI de J. Ickx et H. Hahne.

En 1967, des investissements sont réalisés pour acheter l'usine de Dingolfing à Glas.

En janvier 1968, le moteur 1990 cm3 de 100 ch équipant les berlines et les coupés 2000 est monté sur une caisse de la 1600-2 renforcée, la 2002 (type E10) apparaît. Dès la fin 68, la gamme 2002 est complétée par le modèle 2002 ti avec 2 carburateurs double-corps de 120 ch. De plus, BMW reprend de la hauteur avec la commercialisation de trois véhicules équipés d'un six cylindres, les berlines (type E3) 2500 et 2800 et le coupé (type E9) 2800 CS qui donnera une descendance très prolifique. Elles atteignent l'excellence du haut de gamme européen de l'époque. Grâce à la gamme maintenant développée, des records de fabrications et de ventes vont être battus. Cette année là, BMW remporte les 24 h de Spa-Francorchamps et le "Grand Prix des voitures de tourisme" du nurburgring grâce aux pilotes H. Hahne et D. Quester.

En 1970, les deux pilotes H. Hahne et D. Quester remportent des victoires en Formule 2 avec des monoplaces équipées de moteur BMW 2 litres.

En 1971, la 2002 tii à injection Kugelfischer de 130 ch remplace la 2002 ti





Les années 70 s'annoncent prolifiques pour BMW qui inaugure en 1972 à Munich son siège social actuel en parallèle des Jeux Olympiques appelé le "quatre cylindres". Le chiffre d'affaires dépasse pour la première fois les deux milliards de Marks. L'usine de Dingolfing est agrandie. Après quatre année de développement, la 520 est présentée (type E12). Son domaine de prédilection le sport avec du confort et un luxe discret. Les allemands l'appellent la "cinq" ce qui entraînera la hiérarchisation de la gamme par la suite. En parallèle, BMW Motorsport GmbH est crée, son directeur est J. Neerspasch

En 1973, l'agressive et sulfureuse 2002 Turbo (type E20), équipée d'une injection et d'un turbocompresseur KKK de 171 ch est commercialisée. L'usine de Dingolfing entame la fabrication de produits BMW. Ses effectifs ont augmenté de 12 %, et sa production de 8 %. Pour le groupe, les effectifs sont de 27 737 personnes, la production de 197 446 véhicules et le chiffre d'affaires de 2 608 millions de Marks. Les coupés CSL aux appendices aérodynamiques impressionants raflent la plupart des victoires de leur catégorie. Les monoplaces équipées de moteur BMW emportent 11 des 16 manches du championnat de Formule 2. Le français J.P. Jarier, remporte, sur March 732, le premier des six titres de champions d'Europe que BMW remportera jusque 1982.

Suite à la crise pétrolière de 1973, BMW enregistre une légère baisse de production en 1974. Les effectifs passent à 25 805 personnes, la production à 188 965 et le chiffre d'affaires à 2 492 millions de marks. L'unité de montage d'Afrique du Sud est devenue un site de production. Les Etats Unis est le principal marché d'exportation où BMW y vends cette année-là 35 877 véhicules.

La dernière variante de la série 02, la 1502 sort en janvier 1975. Elle servira de fin de vie à cette série légendaire, quelques 70 000 exemplaires en seront vendus. En effet, la première série 3, 2 portes, est commercialisée dans la gamme des compactes (type E21). Les effectifs sont de 28 989 personnes, la production de 221 198 véhicules et le C.A. de 3 254 millions de marks.

Au salon de Genève 1976, les coupés (type E24) de la série 6 sont représentés par les modèles 630 CS et 633 CSi. Ils ont été dessinés par le designer français Paul Bracq.

En janvier 1977, la nouvelle berline très haut de gamme série 7 (type E23) est présentée pour l'année du cinquantenaire de la marque automobile. la production atteint le chiffre de 293 236 voitures et le C.A. prés de cinq milliards de marks. L'objectif du P.D.G. de BMW est d'atteindre les 350 000 véhicules annuels pour 1982. Cet objectif sera atteint avec un chiffre de 378 769 voitures.

En 1978, 50% de la production de BMW est équipée de six cylindres qui fait la fierté de la marque allemande et le bonheur de ses utilisateurs.

Pour 1979, BMW Motorsport présente deux de ces réalisations, la M 535 i mais surtout la Grand Tourisme M1 (type E26). Ce coupé est capable de concurrencer les ferrari et autres Grand Tourisme italiennes. De plus, elle fera des bons résultats en compétitions routières et sur circuit. La première pierre de l'usine de moteurs autrichienne de Steyr est posée. Elle permettra un accord avec la Steyr-Daimler-Puch AG de développement et de fabricatio de moteurs diésel.

En 1980, M. Surer, pilote suisse remporte le cinquième titre pour BMW en championnat d'Europe de Formule 2.

En juin 1981, la nouvelle série 5 (type E28) est présentée.

Le 13 juin 1982, BMW remporte, grâce à Brabham et N. Piquet, son premier Grand Prix de Formule 1 à Montréal.

Sur le circuit de Kyalami en Afrique du Sud, le 15 octobre 1983, le pilote brésilien N. Piquet remporte le titre de champion du Monde de Formule 1 au volant de sa Brabham-BMW. Il gagne pour 2 points devant le francais A. Prost sur Renault. C'est le premier titre pour un moteur turbocompressé en Formule1. Le turbocompresseur est à la mode. Il équipe les formules 1, le haut de gamme BMW avec la 745 i et la nouvelle 524 td. Le moteur turbo diésel est fabriqué dans l'usine de Steyr en Autriche, il fait 115 ch à 4800 tr/mn. Cette même année est présentée la M 635 CSi équipée du moteur de la M1 , mais aussi la nouvelle série 3 (type E30). L'usine de Dingolfing fabrique la millionème série 5.

BMW Motorsport présente, en 1985, la M5 toujours équipée avec le moteur de la M1. Avec ce modèle, BMW concurrence directement les fabriquants de Grand Tourisme comme Porsche ou Ferrari avec sa berline survitaminée. En même temps, BMW cède à la mode du 4x4, avec la 325 iX qui devient le haut de gamme de la série 3.

Le très haut de gamme série 7 (type E32) est renouvellé pour cette année 1986. Elle est de plus en plus concurrentielle vis à vis de la référence du marché, la Mercedes Classe S. La course à l'armement, pour concurrencer cet ennemi, continue avec la sortie de la M3, propulsée par un quatre cylindres à quatres soupapes par cylindres de 195 ch. Les cadences de la Série 3 impose une nouvelle usine qui est implantée à Ratisbonne (Regensburg) et ouvre le 17 novembre. Le championnat des voitures de tourisme est remporté par l'italien R. Ravaglia sur une 635 Csi.

Au salon de Genève du printemps 1987, la limousine 750 iL avec son V12 est présentée. A l'automne, au salon de Francfort, c'est au tour de la Z1 (type E85), petit roadster avec ses portes qui peuvent descendre dans les longerons. Elle est une réalisation de BMW Technik GmbH.

En 1988, la série 5 est remplacée par la série 5 (type E34)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.germanclassicauto.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: l'histoire de la bmw   

Revenir en haut Aller en bas
 
l'histoire de la bmw
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
German Classic Auto  :: Les Allemandes, présentations de vos autos :: Bmw-
Sauter vers: